Cosmogonie mésopotamienne

24.02.2021

C'est quoi une cosmogonie?

Il existe plusieurs définitions pour ce mot. Dans le sens premier, c'est 

L'ensemble de récits mythiques et de conjectures scientifiques cherchant à expliquer l'origine et l'évolution de l'univers. 

Source: CNRTL

Plusieurs autres définitions en découlent de cette première que vous pouvez consulter dans le dictionnaire de termes, une nouvelle section que j'ai créée spécifiquement pour regrouper tout le vocabulaire propre aux différentes catégories du blog. 

En effet, l'étymologie du mot est la suivante: 

 κ ο ́ σ μ ο ς (cosmos) , vient du grec

c'est à dire l'univers

 γ ο ν ι ́ α (suff. -gonie ) , vient du grec

c'est à dire la formation

De cette dernière racine vient aussi le mot genèse, utilisé dans la tradition judéo-chrétienne pour désigner justement leur propre cosmogonie. 

Quelle est donc, selon les mésopotamiens, leur version de la création de l'Univers? 

Il existe plusieurs récits dans la culture mésopotamienne de ce mythe sur la création de l'univers, dû au mélange de tradition dont on parlait dans le texte d'introduction ici. 

On va donc prendre l'un des plus répandus, le texte nommé "L' épopée de la création" . 

Celui-ci raconte qu'à l'origine, ils n'existaient que deux êtres. Ces deux êtres étaient en même temps des entités divines, des dieux, et aussi des lieux. On parle en effet de Tiamat, la mer, l'élément féminin, et de Apsû, l'eau douce, l' essence masculine. 

C'est de l'union de ces deux êtres primordiaux que serait né l'univers, ainsi que tous les autres dieux. 

On observe ici un certain paralléllisme, dans l'idée des deux entités originaires et leur union,  assez important avec la mythologie égyptienne et sa cosmogonie dont on parlera dans de futurs articles. 

La guerre

Les mésopotamiens sont polythéistes, les dieux mésopotamiens sont très nombreux. Ils naissent et occupent l'univers. Des disputes continuelles éclatent. Il arrive un moment que le bruit provoqué par les dieux gêne Apsû. Il finit par s'énerver à tel point qu'il décide de les éliminer.

Heureusement, Enki, l'un des dieux les plus puissants (il représente la sagesse) découvre ce complot. À fin d'échapper aux plans machiavéliques d' Apsû, il arrive à l'endormir, puis le tue pendant son someil. 

La menace de leur terrible progéniteur disparaît, mais c'est un répit de courte durée. En effet la mort de Apsû n'a en rien changé la tendance des divinités à se chamailler. 

Ces disputes incessantes finissent par énerver elle aussi Tiamat, qui, à son tour, décide de tous les tuer. 

Seulement, et devant le cuisant échec d'Apsû, elle décide de ne pas faire les choses à moitié. Pour s'assurer que son projet est mené à bien, elle crée des monstres qui sont chargés d'affronter et exterminer les dieux. 

Elle n'y va pas de mainmorte. Le mythe reporte qu'elle utilise son pouvoir pour créer d'affreux dragons gigantesques qui possèdent du vénin dans les veines, des lions abominables, des hommes-scorpion, et de puissantes créatures marines. Ces monstres forment un armée bien nourrie  envoyées contre les dieux. 

La guerre éclate. 

Ce genre d'affrontement mythique ressemble beaucoup à ceux racontés par les grecs. 

Mardouk, le grand vainqueur

Enki a un fils, Mardouk, le sublime. 

Celui-ci décide de sauver à lui seul tous les dieux. En échange, il demande à être couronné Roi.  

Les autres dieux acceptent. 

Mardouk s'arme alors, d'entre autres, un filet et quatre vents dévastateurs. Il monte un char tiré par quatre infatigables destriers et part affronter les monstruosités créées par Tiamat. 

Grâce à son filet, il attrape ses ennemis puis les tue les uns après les autres. La dernière à mourir est Tiamat. Mardouk décide alors de peaufiner la création de l'univers. Comment? Très simple, en utilisant les carcasses de ses monstrueux ennemis.

Pour cela, il en fait deux tas.

Le premier tas est plié pour former la voute céleste. Grâce au foie de Tiamat, il forme la Lune.

Quand à la Terre, elle repose sur les restes d'Apsu, dont le cadavre forme les eaux douces souterraines.  

Le rayonnement de Babylone, la magnifique

Les autres dieux, ravis, se doivent de tenir leur promesse. 

On festoie pendant des mois, on célèbre le héros, on le couronne. Le nouveau Roi décide alors de se faire construire un sanctuaire sur terre, une ville qui sera exclusivement sous sa protection: Babylone, dont le nom veut dire: "le temple des grands dieux".

Le rayonnement et la légende entourant cette cité mythique sont encore vivants de nos jours. 

D'un point de vue plus historique, et en analyse rétrospective de cette légende, il semblerait bien qu' au fur et à mesure que Babylone prenait de l'ampleur et du pouvoir, ils aient pu modifier ce mythe très ancien pour justifier l'importance de celle qui deviendra la capitale mésopotamienne.  

Le fait de placer une ville sous la protection d'un dieu spécifique est courant et on le retrouve dans d'autres civilisations: Athènes est la ville d'Athénée et Delfos celle d'Apollon, dans le monde hellénique, pour n'en citer que deux. 

Quelques liens d'intêret pour aller plus loin. 

En français

En anglais